Le mois de mai arrive, la vigne sort de sa dormance et le début du débourrement est là.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la végétation n’est pas pressée de sortir de son repos hivernal… Il faut dire que l’hiver s’éternise, nous avons tous pu le constater !

 

Depuis Janvier nous cumulons des précipitations d’environ 400 mm d’eau dont plus de 120 pour le mois de mai. Il faut savoir qu’en année normale, il pleut environ 650mm d’eau sur l’ensemble de l’année. Autant dire que les réserves du sol sont reconstituées. Ce qui est une très bonne chose !

Ajouté à cela, sur les 5 derniers mois, le nombre d’heures d’ensoleillement est largement inférieur à celui des millésimes précédents. En effet, nous comptons 440h de soleil c’est-à-dire à peu près moitié moins que les 3 années précédentes. Enfin, la moyenne des températures étant inférieures aux millésimes précédents, la végétation accuse (fin mai) un retard d’environ 17 jours par rapport à la moyenne des 10 dernières années…

 

Du négatif mais aussi du positif…

 

Un début d’année difficile et assez similaire à 2012… Les cumuls de pluie importants et à répétition font qu’il est très difficile d’intervenir dans les vignes avec l’enjambeur. En effet, les sols ont du mal à se ressuyer mais heureusement que nous avons mis en place depuis plusieurs années un enherbement permanent dans le rang. Ainsi, on évite donc de gros glissement de matériel ou la détérioration du sol. Nous pouvons donc être assez réactifs afin de maitriser au mieux la pression des maladies telles que le mildiou.

D’autre part, nous ne déplorons pas de gelée de printemps, pourvu que ça dure !! D’ailleurs, des températures négatives avec les taux d’humidité actuels seraient très préjudiciables.

Cependant, ce n’est pas parce que la végétation est en retard à l’heure actuelle que toute l’année sera en retard. En effet, si les températures remontent au mois de juin, la vigne peut se mettre à pousser de manière significative car les réserves en eau sont très importantes. De plus, les disponibilités en eau pourront permettre aux futurs raisins de grossir dans de bonnes dispositions…

 

Affaire à suivre…